Épilogue

 

Et voilà… Il est venu le temps de se dire au revoir; notre (votre) revue ayant atteint un âge raisonnable. Depuis juin 1997, inlassablement elle a effectué ses rondes dans les airs, au-dessus de tout ce qui a eu trait à la microédition. Au fil de ces vingt années, rien n’échappa à sa sagacité : le talent des nouvellistes, la puissance créatrice des poètes, la créativité des illustrateurs, peintres et photographes. Tous, quel que soit leur niveau, leur style, leur sujet de prédilection, ont collaboré, se sont révélés, ont osé. Et à l'unanimité, ils en ont ressenti un plaisir infini. Au fil des 83 numéros, des centaines d'auteurs ou dessinateurs publiés, ont étalé leur mérite. Car l'ambition de notre modeste entreprise demeura la même depuis le début : servir de passerelle, de vitrine entre tous les protagonistes qui ont la passion des mots comme dénominateur commun. Nos centaines de lecteurs à travers le monde, de par leur témoignage, nous ont renvoyé des échos tout aussi favorables que positifs sur notre démarche. Aussi, fidèle à ses principes, la Mouche a poursuivi son ascension avec un prix dérisoire de 2 € stable depuis très longtemps. On le sait, sans vous, auteurs, lecteurs, abonnés, notre démarche n’aurait pas servi à grand-chose.

 

 

Afin de ne pas finir comme ces vieux chanteurs qui s’obstinent à rester sur scène, nous choisissons de nous retirer pour redevenir de simples lecteurs, d’humbles « écrivants ». Une nouvelle aventure nous attend.

 

Durant cette longue équipée, se sont noués des liens d’amitié avec vous (auteurs, lecteurs, abonnés, bienfaiteurs), avec nos différents imprimeurs, bon nombre d’éditeurs, organisateurs de salons, etc.…  C’est pourquoi, par le biais de notre site internet et notre page facebook, nous resterons toujours en contact avec ceux qui le souhaiteront bien entendu.

 

Cependant vous pourrez me retrouver sur les salons avec mes propres écrits et les anciens numéros de la revue (jusqu’à épuisement des stocks)

 

 

Et pour conclure, voici, -comme à la fin d’une pièce de théâtre-, les remerciements qui se doivent…

 

Tout d’abord à mon ami Eric Latouche (fondateur de la revue) qui a su me mettre le pied « dans l’encrier » et qui par la suite m’a offert ce beau rôle de directeur de la publication.

 

Merci aussi à mon ami Jacques Boutinet (écrivain mais aussi éditeur aux éditions du Greffier). JB nous a conseillé, orienté, corrigé et ouvert pas mal de portes sur bon nombre de salons du livre… Alain Mouginet (Edition Elytis), Jean-Louis Lorenzo (journaliste, auteur), Mireille Calmel (auteur et bienfaitrice de notre revue). Maryse Belloc (Editions La Cause du Poulailler). Eric Dejaeger (écrivain et coéditeur de la revue Microbe en Belgique), Bernard Godefroid (écrivain et éditeur du journal La Cigogne en Belgique, nos ami(e)s organisateurs (trices) de salons, etc.

 

Je remercie mon épouse Brigitte (conceptrice et parfois illustratrice de la revue) qui a dû durant toutes ces années supporter mon caractère et la pression imposée au moment de la mise en page de la revue.

 

Notre correcteur Bernard Gallois sans qui parfois le pire serait arrivé…

 

Cathy Ouvrard notre imprimeur(se) préférée (Imprimerie Aquiprint).

 

 

Nos projets ?

 

 Bientôt sur notre site internet et notre page facebook vous pourrez retrouver les fichiers pdf des revues (depuis le numéro1) en téléchargements gratuits.

 

Votre serviteur va reprendre la plume… A son rythme

 

Notre site : http://leshesitationsdunemouche.jimdo.com/ 

 

Page facebook : https://www.facebook.com/hesitationsduneMouche

 

Au revoir

 

Et à bientôt pour la suite…

 

Robert Serrano

 

 

 

 

 

 

NB: Nous ne proposons plus d'abonnements.

 

Contact: lecritdelamouche@yahoo.fr

 


A la découverte de nos précédents numéros.

La revue les Hésitations d'une Mouche est née en juin 1997.
C'est le début de notre grande aventure à vos cotés.
Décembre 2017 la revue papier s'arrête mais la diffusion en ligne continue.

 

Voici le numéro 76 de la collection en ligne.
https://www.calameo.com/read/005368476d061b8dc932c

Voici le numéro 77 de la collection en ligne.

https://fr.calameo.com/read/0053684764aaa54cf7ce0

Voici le numéro 78 de la collection en ligne.

https://fr.calameo.com/read/0053684769fe6dbf2b93d
Voici le numéro 79 de la collection en ligne.

https://www.calameo.com/books/005368476db5c0030da5b

Voici le numéro 80 de la collection en ligne.

https://www.calameo.com/books/0053684762cbffaacb633

Voici le numéro 81 de la collection en ligne.

http://www.calameo.com/books/0053684760211e139b481

Voici le numéro 82 de la collection en ligne.
     http://fr.calameo.com/accounts/5368476

 


Notre petit dernier


Qui est Robert Serrano?

 

En dépit de son rôle de cofondateur et de directeur de la revue Les Hésitations d'une Mouche, Robert Serrano semble avoir œuvré jusqu'à présent dans l'ombre. Certes, on a pu lire quelques textes dans des publications comme Microbe, La cigogne ou El Campo, mais ce ne furent là que des apparitions fugitives. Trop furtives, pour tout dire...


Pourquoi publier si peu, quand le bonhomme dirige lui-même une revue de littérature ? L'intéressé nous fournit justement un début d'explication dans un entretien publié récemment : « j'ai fait le choix il y a quelques années déjà de me mettre en retrait pour leur (les auteurs publiés) laisser place ». Un homme modeste, ce Robert Serrano, qui va jusqu'à refuser de se considérer comme auteur ou écrivain (il a pourtant coécrit un roman policier), mais plutôt comme « un raconteur d'histoires ».

Beaucoup de rires, parfois des larmes : toujours des émotions, dans ce "Soleil sur les Nouilles".

Avec plus de trente pièces réunies ici, le lecteur aura de quoi faire. Dans cette vastitude, il aura probablement ses préférences en fonction de sa propre personnalité, mais il ne lâchera jamais l'ouvrage parce que les textes sont courts et agréables. Il ne sera jamais perdu non plus, parce que le livre a un aspect excessivement contemporain dans les thèmes qu'il aborde : sujets sociaux, comme les révoltes dans les quartiers sensibles (« Al dente », « Les agités du bloc F »), sujets éthiques (le suicide ; le veuvage – une récurrence dans les personnages masculins ; la maladie d’Alzheimer, etc.), ou bien encore des faits divers et autres « légendes urbaines » savamment mis en scène.

Avec ce recueil, Robert Serrano assume aux yeux de tous une littérature simple et décomplexée. Farceur des lettres, il nous mène sans cesse sur des chemins plus sérieux : il a, en quelque sorte, la démarche d'un humoriste, qui en scénarisant des situations incroyables, dénonce la grotesquerie de nos existences.

 

Extrait de l’article de Stéphane-Paul Prat 

 

 

 

Si vous aimez rire.

S'il vous arrive parfois de verser une larme à bon escient.

Si vous avez de la sympathie pour les sans-grades.

Si l'injustice vous irrite.

Si la grivoiserie ne vous effarouche pas trop.

Offrez-vous ou offrez à ce que vous aimez:

 

Du Soleil sur les Nouilles

 

Pour la modique somme de 10 €

contact: lecritdelamouche@yahoo.fr

 

 

NB: les prix sont affichés hors frais d'expédition.

 

Pour connaitre le montant de ces frais et commander ces ouvrages , nous contacter par courriel.